FESTIVAL

INTERNATIONAL
DE FILMS
DOCUMENTAIRES
18 MARS - 27 MARS 2016

Slideshow Image 1 Slideshow Image 2 Slideshow Image 3 Slideshow Image 4 Slideshow Image 5 Slideshow Image 6 Slideshow Image 7 Slideshow Image 8 Slideshow Image 9
 
  Imprimer
HAUTES TERRES 
 
Marie-Pierre Brêtas 

2014-01-01 / France / 01:30:00
DCP / Couleur

Une communauté de sans-terre brésiliens se voit attribuer le lopin sur lequel elle est installée. On s’active gaiement à cette pérennisation mais ce changement de statut crée des tensions. Nourri de la longue familiarité de la réalisatrice avec Antonio et Vanilda, ouvriers agricoles sans-terre du Nordeste, Hautes Terres commence quand une page se tourne pour la communauté. La vingtaine de familles qui avait établi des cabanes en un « campement d’occupation » va bientôt se voir attribuer ce pan de montagne. Tandis que psychologue et travailleurs sociaux se succèdent pour les préparer, comme dit en substance l’un d’eux, à devenir patrons, la question du vivre-ensemble mais aussi la forme concrète de l’habitat pérenne met chacun en ébullition. Le quotidien de Vanilda, qui vend des vêtements porte-à-porte et évoque ses enfants partis à la ville, fait l’objet des séquences les plus remarquables de ce film attentif à la justesse des gestes, à la portée politique d’une façon de bâtir, de faire lien avec les autres. Faire lien, n’est-ce pas ce que fait le mieux Vanilda, dans un plan d’une simplicité à la fois drôle et touchante, noue un fagot d’épis de maïs avec une branche d’arbre souple. De ces intuitions techniques aussi sophistiquées que naturelles, le film s’est à coup sûr inspirée dans sa forme, sans cesse revivifiée par des épiphanies minuscules. (Charlotte Garson)  
Informations complémentaires ImageMarie-Pierre Brêtas
SonMarie-Pierre Brêtas
MontageGilles Volta
Producteur(s)Zeugma Films
Lieu(x) de tournageBrésil
Langues des dialoguesportugais
Sous-titresFrançais
Mots-clésBrésil (nord-est) -- Conditions rurales
Genreportrait
 
Festivals
2014  Compétition française   Mention spéciale du Prix de l'Institut français - Louis marcorelles